Dossier - WorldCyberGames 2005
 

Accueil

|
 

|

 

Le journal

 

|

 

Les résultats

 

|

 

Les photos

|
|
WCG.fr 2005 - Epilogue

L'évènement warcraft III de ce mois d'Octobre s'est achevé dimanche sur la victoire (attendue) de ToD qui partira dans quelques semaines défendre les couleurs tricolores en Corée!

Les occasions de voir nos meilleurs français s'affronter sont rares, un peu trop rares, et il est vrai que beaucoup d'espoirs et d'attentes étaient placés en ce tournoi. Une victoire de Wolf et la naissance d'une nouvelle étoile ? La passation officielle du trône des undead français entre blatty et Linkin ? L'arrivée surprise de jeunes talents tels que Sofian ou aYame dans la phase finale ? Ou tout simplement l'occasion de voir la communauté française de warcraft resserrer ses liens autour de ses meilleurs joueurs et aller de l'avant ?

D'attentes en surprises, de surprises en interrogations, d'interrogations en désillusions voici, 24h00 après le départ de la porte de Versailles, l'épilogue de ce week-end chargé.

Jolis spots partout, une ambiance tamisée, une scène centrale devant laquelle se trouvent trois écrans géants et plein de belles affiches colorées sur les murs, quelle ne fut pas ma surprise lorsque j'entrai pour la première fois dans "l'arène" il y a tout juste un an, et ce pour vous proposer l'un des premiers reportages photo de warcraft3france en direct du DisneyVillage lors des WCG.fr 2004 accompagné de Félicie. Un microcosme magique à l'intérieur duquel je déambule un peu gêné et incrédule devant les moyens déployés pour accueillir les joueurs dans d'excellentes conditions.

Quelle ne fut pas ma surprise d'y reconnaitre FatC, InToX, ToD, Blatty dont je n'arrêtais pas de lire les pseudos sur les sites que je fréquentais et dans les replays que je téléchargeais chaque jour. Le fait de les voir s'installer, discuter entre eux et jouer bien sûr devant les yeux ébahis des quelques timides visiteurs venus les encourager balaie d'un seul coup les derniers doutes que j'aurais pu avoir la veille au soir : oui le virtuel est dépassé et voici qu'on se retrouve tous ensemble, dans ce que certains nomment la "réalité", spectateurs, organisateurs, joueurs et toute notre attention se porte sur l'issue de ce tournoi prévu de longue date, en partie organisé sur le net. Les hurlements des joueurs de CS, les exclamations tout autour de moi lorsque l'on assiste en direct à une belle action me prouvent que je ne suis finalement pas le seul à m'intéresser à ce drôle de phénomène et ça c'est carrément chouette!

Alors que s'est-il passé cette année ? L'accoutumance a t-elle finalement réalisé son oeuvre, substituant à la fascination et à la fougue des premières fois une certaine forme de lassitude, un agacement troublant ? Peut-être...Mais elle n'en fut pas l'unique instigatrice.

Vendredi soir, arrivés tous deux devant l'entrée du pavillon 6, Suiti et moi même trépignions d'impatience de découvrir les merveilles dissimulées derrière la jeep "BattleField 2" faisant office de décor à l'accueil des WCG. Notre pass presse autour du cou nous voici déambulant dans les nombreuses allées du salon en quête d'une zone WCG.fr que nous n'avions pas encore trouvée. Nous découvrons les nombreux stands dex exposants dont les contenus sont parfois très éloignés de ce qui nous amène ici, appareil photo en main, mais après tout tel est le pari de cette édition 2005 : intégrer une compétition de haut niveau à un salon entièrement dédié au jeu sous ses diverses formes. L'espace WCG enfin découvert, nous décidons de partir refaire un petit tour plus complet du salon (le clip officiel "Beyond the game" revenant en boucle était assez gênant à écouter au bout de la treizième fois) en attendant l'heure de la cérémonie d'ouverture.

Ma première impression est assez partagée. Certes il y a plusieurs dizaines de chaises disposées en rangées devant une scène somme toute assez grande (je n'ai pas dit imposante) il y a les câbles qui courent par terre et se ramifient un peu partout entre de nombreux écrans, des spots qui éclairent l'ensemble mais il manque quelque chose...

Daniel ? Le maître de cérémonie qui, armé d'un micro sans fil, nous présente l'évènement qui débutera le lendemain matin, s'inscrivant dans la grande tradition WCGéhenne de sportivité mais surtout d'amitié entre les joueurs ("Beyond the game" n'oublions pas), qu'on y croie ou pas, on prêche là des convertis, on passe donc au tirage au sort des poules. Enumération des joueurs présents par leur petit prénom, c'est très chouette car qui aurait pu se douter que Benoit, François, Christophe, Yoan et j'en passe, fussent des joueurs de warcraft III de grand talent ? Heureusement pour moi qui ne les connait pas tous personnellement, les pseudos des joueurs apparaissent sur l'écran qui retransmet le tirage au sort, exception faite de "Benoit N." (qui aura fait s'interroger toute la communauté pendant 24H) et de "wc3". Je peux donc noter ces poules sur ma petite feuille et m'en aller satisfait de cette première soirée!

Arrivé le lendemain je suis confronté à un premier problème, le pass presse que l'on m'a donné la veille ne me donne pas accès à la zone de compétition WCG.fr, ce qui est gênant car c'est tout ce qui m'intéresse même s'il ne s'agit là que d'une partie du salon. Qu'a cela ne tienne, je prends quelques photos en attendant que l'accueil des WCG se vide un peu et y retourne chercher le vrai pass, le seul l'unique, avec ma photo dessus et mon nom le tout donné par "Marc" avec un petit sourire, que demander de plus ? "Heu j'aimerais aller dans la zone de compétition maintenant!" "Ui, mais c'est po possible mon piti bonhomme désolé" "erf" me dis-je! Non vous ne rêvez pas, grâce à mon nouveau pass presse je peux franchir avec pédance la barrière derrière laquelle s'attardent les simples visiteurs...Et c'est finalement tout ce que je peux faire puisque la zone de compétition située quelques mètres plus loin est jalousement cachée par de grandes parois noires (afin qu'on ne puisse surtout pas voir les joueurs !!). Je prends ça avec philosophie puisqu'après tout les hôtesses qui gardent cette zone sont assez jolies, jeter un oeil par dessus leur épaule me donne toujours une occasion d'aller les voir :) Et puis on m'autorise quand même à prendre quelques photos, rapidement, sans trainer, sans parler aux joueurs et si possible sans me mettre à chanter nu en marchant sur les mains (car ça pourrait les déconcentrer et les empêcher de caler un bon gros headshot). Je m'exécute tout content d'accéder enfin au nerf de la guerre. Naturellement j'évite de mettre mon flash lorsque je suis à un mètre d'un joueur en pleine partie et je n'ai pas de pied à ma disposition pour stabiliser l'appareil...Vous venez de découvrir quelle est la cause principale du flou artistique qui règne sur pas mal des clichés que j'ai pu prendre lors de cet évènement, mais après tout c'est un peu ma marque de fabrique, et puis j'attrape une chaise, je pose mon appareil sur une table et j'arrive à extirper quelques très belles images que je vous ferai partager un peu plus tard dans la soirée.

Plus tard dans la soirée ? Et oui car hélas la zone presse me pose quelques problèmes, je peux pourtant m'y rendre sans risque de me voir plaqué au sol et menoté avec vigueur, mais c'est surtout ce que ne contient pas la salle qui m'inquiète un peu : des Pcs qui marchent. "Au départ il y en avait quatre de prévu" m'informe t-on, ce qui ma foi était une excellente initiative, malheureusement des quatre pc ne reste que trois écrans posés à terre et manifestement tous hors d'état de nuire...De plus en plus embarassé par la situation je vais demander aux autorités compétentes un petit peu d'aide et on me confirme que quelqu'un va venir s'en occuper. Grâce soit rendue au jeune homme (il était mignon en plus) qui est venu nous en installer un, bien que la connexion internet ne soit venue elle que quelques minutes plus tard. Désormais il faut que je fasse comprendre à mes acolytes venus faire leur reportage pour d'autres sites que j'aimerais moi aussi disposer d'un PC afin d'uploader mes photos et de glisser quelques infos en direct, et pourquoi pas mettre les scores à jour ? (Difficile car ils ne l'étaient pas sur place mais en allant voir l'admin wc3 avec un papier et un crayon je pouvais m'en sortir). Je prends enfin place derrière un écran et parvient tant bien que mal à balancer quelques petits trucs sur le forum qui attestent de ma présence lors de cet évènement.

Le reste de la journée est assez décevant. Le nouveau FPS "f34r" aura littéralement pris la grande scène en otage pendant une bonne partie de l'après-midi, 4000€ de cash prize étaient offerts au vainqueur de cette compétition qui s'est jouée en free for all sur une seule et unique map devant les yeux de quelques spectateurs le tout commenté par Daniel, toujours avec un micro sans fil.

Les matchs de Warcraft III sont diffusés sur un écran plasma (pas deux) situé à côté d'une allée où déambulent pas mal de visiteurs et perché à plus de deux mètres de haut. Les quelques fans désireux de voir leur joueur préféré se défendre doivent donc s'asseoir par terre (ça raffermit les fesses remarque) et se tortiller le cou afin d'observer tout ça (sans le son du jeu ni commentaires).

Dimanche, jour de la grande finale tant attendue et même topo que pour samedi, on peut prendre des photos mais pas trop, on peut essayer de squatter un pc pour faire ses mises à jour mais pas trop longtemps, on peut essayer de voir les matchs sur l'écran mais sans chaises ni commentaires et au milieu des autres visiteurs, enfin on peut se réjouir car le match Wolf vs ToD aura bientôt lieu. 2-0 pour ToD, écran plasma, pas question de voir les joueurs (et oui ils sont dans la zone de compétition et la zone de compétition on ne la voit pas du tout de l'extérieur) et on passe à la suite. Tous les matchs s'enchainent, Deco sera l'adversaire de ToD. LE seul match de Warcraft III qui sera joué sur la grande scène pendant toute la durée de l'évènement. Pas mal de spectateurs sont réunis, je pense que la plupart étaient un peu vannés d'être debout depuis le matin (parcequ'on peut rentrer mais si on sort le pass ne marche plus, donc vaut mieux rester dedans en fait) et désiraient se détendre un peu. J'exagère sans doute, de nombreux joueurs étaient présents et puis des visiteurs énergiques il y en avait un peu partout, à tel point qu'on avait du mal à entendre ce qui se passait sur scène car quelques stands plus loin d'autres évènements déclenchaient des réactions plutôt vives...Daniel assure le commentaire de la finale ToD Déco, il ne connait évidemment pas très bien le jeu ni ses différentes phases, ce qu'on ne peut pas lui reprocher mais qui nuit malheureusement à l'intérêt qu'on porte au match. Quelques MK morts plus tard, et sans aucuns encouragements ni applaudissements exacerbés, ToD l'emporte 2-0 dans une espèce d'indifférence mêlée au bruit de fond des autres stands que j'ai trouvé assez surréaliste. Tout ça pour ça ? :/ Les joueurs remballent leurs affaires, de mon côté je vais voir sucré afin de lui demander les replays. Nous partons tous les deux vers la zone de compétition afin de les copier sur ma clef usb, mais le staff s'affaire déjà à désinstaller toutes les machines, j'ai donc encore moins le droit que d'habitude d'y aller et j'attends mon sucré une bonne demie heure afin qu'il me redonne ma clef contenant les précieux replays (ce qui ennuie un peu l'admin car il devait sauvegarder toutes les parties mais n'avaient alors d'autre support que ma clef pour le faire...Heureusement un petit copier/coller sur le disque dur d'un des PCs du staff et le tour était joué)

Conclusion ? Que de chemin parcouru depuis l'édition de l'an passé. S'agit-il d'une avancée, d'un recul ou d'une bifurcation ? Bien malin celui qui pourra péremptoirement l'annoncer. Pour ma part, et vous l'aurez compris si vous avez eu le courage de me lire jusqu'ici, j'en repars avec un sentiment d'amertume. Le fait d'avoir noyé cette compétition au sein d'un salon où affluaient déjà un nombre très important de visiteurs n'étaient peut-être pas la bonne formule. Pour les quelques fans de warcraft ou même de counter strike venus admirer leurs idôles (même si le mot est un peu fort) le fait de ne voir aucuns joueurs a sans doute été plus que gênant. L'an dernier, bien que l'accès à la zone de compétition fut contrôlée, elle restait néanmoins visible du reste de la salle, permettant aux visiteurs de vivre l'évènement en direct et juste sous leurs yeux, d'assister aux matchs sur un écran géant centré au dessus de la scène, de bénéficier d'un cadre plus petit dont l'entrée était gratuite...Bref, de vivre ces WCG.fr intensément.

C'est peut-être enfin ce mot jeu qui a joué un mauvais tour aux organisateurs, regroupant derrière lui des formes très différentes et pas forcément compatibles d'activités ludiques. Et j'irai même encore plus loin...(oui j'irai...) Car que doit-on retenir de cette compétition, pourtant d'un niveau national, sinon qu'elle a eu lieu au sein du "monde du jeu" ? Le fait qu'elle n'ait peut-être pas été comprise, pas plus que ses enjeux ni son aspect sportif, qu'elle ait été associée maladroitement à divers concours, à divers stands et exposants satellites dont le but étaient bien naturellement d'être vus. Mais en oubliant d'y promouvoir les joueurs et les matchs qui y ont été joués, en décrédibilisant le niveau de ces derniers, commentés maladroitement et souvent de façon improvisée, cette compétition perd beaucoup de l'enchantement qu'elle suscitait l'an dernier.

On entend souvent dire que l'on vit dans un monde désenchanté, faut-il encore qu'il touche ce type d'évènement censé nous faire rêver ? De la féérie, de la magie bon sang! Du Monsieur Lam!