Tous les fan fic des membres Warcraft3France
- Par Kikoo-lol - Edition du : 25 August 2005 - Créé le : 22 August 2005
Créé le : 15/4/2003
Edition du : 15/4/2003
Auteur : GandalfLeGris

Index<<

Chapitre 1 à 5<<                                                                                           >>A Suivre

 

 

CHAPITRE 6: Rencontres avec Malygos

 

- Non, nous ne vous voulons pas du mal, nous essayions de semer les Trolls, dit Miriel.

 

Le Nain, qui était juste derrière son chef, lui dit :

 

- Arrête de faire le dur maintenant, et invitons les à boire une bonne bière de Khaz Modan. On en a une bonne réserve, et en même temps on pourra faire les présentations. Allez, approchez, moi je m’appelle Leodin Trouvetou, inventeur.

- C’EST MOI QUI EST LE CHEF NON ?? ALORS UN PEU PLUS DE RESPECT AVEC TON CHEF, ET NE PREND PAS D’INITIATIVE, cria le Nain en lui tapant sur la tête. Puis en s’adressant aux Elfes, il dit : je suis désolé des mes sauts d’humeurs, je m’appelle Bonzin Skyflyer, chevaucheur gryphon. Et voici Gontron Fireflor, spécialiste en explosif.

- Enchantée. Je m’appelle Miriel Windrunner, dernière rangeur de Quel’Thalas, puis voilà mes amis Anya et Thranduil.

- Maintenant que les présentations sont faites, venez boire une bière, puis après nous allons lever le camp avant le lever du soleil, car les trolls vont nous attaquer à l’aube, autant que nous nous préparons à les recevoir comme il se doit. Vous nous raconterez l’histoire en route.

 

Après le verre, les Nains s’activèrent pour lever le camp et charger leurs poneys. Bonzin proposa de monter un peu plus la montagne, et de trouver un endroit où il pouvait mieux se défendre. Mais le temps joua contre eux, car la nuit passa vite et les Trolls, qui se régénèrent facilement de leur blessures, commencèrent à les poursuivre. Bonzin proposa un endroit où ils pouvaient se couvrir, et que les trolls ne pouvaient pas les encercler. Gontron ne put miner les endroits, et prépara son arme favorite qui était en faite un mortier, puis il cria :

 

- QU’ILS VIENNENT CES TROLLS, JE VAIS TOUS LES EXPLOSER !!!!

 

Bonzin dit à Miriel qu’il fallait excuser Gontron pour ces vacarmes, mais pour lui, le cri de guerre, c’est sacré.

 

- Pas grave, dit Miriel, chacun sa manière pour préparer un combat. Mon arc est prêt, et je viens de développer une aptitude pour tirer des flèches de glace, j’espère que cela va fonctionner.

- Bien sûr qu’il va fonctionner, répondit Anya, mon arc est aussi près, mais j’ai un doute de l’issu du combat, ils sont trop nombreux.

 

Le pressentiment de Anya avait vu juste, une cinquantaine de Trolls les attendait. Puis une pluie de haches plut sur les poursuivis. Ils se mirent à couvert derrière des rochers. Quand il eut une petite accalmie, ils répondirent par des flèches et des explosions du mortier et du marteau des tempêtes. Mais les Trolls en surnombre s’approchèrent de plus en plus, et le combat au corps à corps allait bientôt commencer. Miriel dégaina ses deux épées, et Bonzin avec son marteau, se mit à faire son cri de guerre, et cela raisonna sur toute la montagne. C’était plutôt impressionnant pensa Thranduil, la prochaine fois il pensera à prendre des protèges oreilles. Tout à coup, les Trolls prirent peur, et s’échappèrent le plus vite possible. Bonzin déclara :

 

- HA HA HA, mes cris de guerres sont toujours très efficaces.

- Je suis surpris en bien, répondit Miriel ébahie de leurs réactions.

- Et chef, dit Léodin

- qu’est ce qui a ?

- regardez derrière vous !

 

Miriel et Bonzin se retournèrent, et virent une immense forme bleue derrière eux. Un énorme Dragon Bleu apparut, et il n’avait pas l’air de très bonne humeur. Une aura se dégageait en lui, une sorte d’énergie magique qui envahit tous les environs. Le grand Dragon remua un peu les ailes, prit une bonne bouffée d’air et dit à voix forte :

 

- Qui ose se battre et donc me déranger, moi, Malygos, Seigneur de la Magie. ??

 

Comme tout le  monde était paralyser à la vue de cette bête impressionnante, formidable et inquiétante en même temps. Miriel savait qu’ils n’avaient aucune chance contre ce Dragon. Alors elle prit son courage à deux mains et répondit en ce prosternant :

 

- Désolé de vous dérangez monseigneur, nous étions poursuivis par les Trolls, et nous ne savions pas que vous étiez loger par ici, votre demeure n’était pas Northeron ?

- Tiens donc, une Elfe, trois même, mais vous semblez bien différent de ceux que j’ai connu il y a quelques siècles… Dites-moi une bonne raison pour que je ne vous transforme pas en mouton

- Hheeeuuu, c’est que nous ne sommes pas comestibles, vous risquez de tomber malade, argumenta Leodin

- HA HA HA HA, vous êtes bien drôle petit nain, peut-être je te garderais pour le dessert. Cependant je sens en vous du courage et de la noblesse. Je vous laisse la vie sauve si vous faites un petit service pour moi. Un petit groupe de créatures vertes, dont je ne connaissais pas même l’existence a kidnappé mon petit dragonnet, et s’est enfui vers la jungle. Je ne peux malheureusement pas les poursuivre. Mon épouse va bientôt pondre ses œufs et nous devons à tout prix rejoindre les montagnes de Khaz Modan, où nous serons en sécurité. Vous seul pourrez les sauver…

- Et qui vous fait croire que nous ferons cela, répondit Thranduil, nous, nous avons notre peuple à sauver du génocides du Fléau, et maintenant des Trolls.

- On pourra très bien accepter, puis après ne rien faire, vous croyez que vous arriveriez à nous retrouver ? déclara Gontron

- Rien ne m’empêche de vous tuer… Vous êtes trop faible pour me vaincre. Même le Dragon noir Deathwing n’a pas pu me blesser dans un duel. Cependant je peux vous aider à sauver les rescapés de votre défunt royaume. Je peux les télétransportez partout où vous voulez. Mais attention, si vous ne respectiez pas la part de votre contrat, je ferai en sorte de vous trouvez et de vous tuez.

- Moi j’accepte le marché, répondit Miriel. Je préfère sauver mon peuple et courir le risque de me faire tuer par un Dragon.

- Soit, amenez-moi à votre peuple, je les enverrai dans un endroit de votre choix.

 

Alors le petit groupe descendit de la montagne suivit du grand Dragon Bleu. Aucun Troll n’osa attaquer le grand Dragon, et toutes les tribus abandonnèrent leur chasse et traversèrent la chaîne de montagne en direction de Ziggurat. Arrivé vers le camp des survivants de Quel’Thalas, le Dragon télétransporta les quelques milliers de Hauts Elfes à la cité des nains d’Ironforge, grâce aussi à Finarfin qui savait exactement ou était la cité des nains. Avant de partir, Finarfin donna un talisman à Miriel, qui représentait un soleil. Il lui dit que c’est très bon pour écarter les ténèbres. Puis le Dragon souhaita à Miriel et son équipe bonne chance pour la suite. Puis il s’envola en direction de son refuge pour continuer son voyage.

 

C’est à ce moment que les trois Elfes et les trois Nains se mirent en route vers la jungle, car selon le dragon, les orcs étaient de mèche avec les Trolls. Donc il fallait retrouver le camp des Trolls pour savoir où étaient passé les orcs. De plus, les nains avaient aussi une autre quête à remplir pour le Roi des Nains. Bonzin expliqua sa quête aux Elfes, il était à la recherche d’un artefact très ancien qui pourrait les aider à battre le Fléau. Les Trolls étaient une des plus anciennes races d’Azeroth, et lors d’une attaque contre les Elfes bien avant l’apparition des Humains, ils avaient mis la main sur plusieurs artefacts anciens. Ils avaient gardé tous ces trésors dans leur cité maintenant détruite et enfouie.

 

Miriel et ses compagnons traversèrent sans trop de problème la montagne, et ils aperçurent une épaisse jungle qui dominait toute la ville. C’était la fameuse forêt mortelle pour tout Haut Elfe, car cette forêt était peuplée de Trolls, et on apercevait encore ces fumées vertes qui s’élevaient un peu partout dans la forêt et la montagne.

 

- Ici j’ai une carte qui indique le lieu ou se trouverait cette fameuse cité, déclara Bonzin à ses compagnons. Mais il faudra être discret.

- Il y a beaucoup de Troll à Zul’Aman, dit Léondin, j’ai étudié la civilisation trolle, et selon mes informations, ces fumées vertes indiquent qu’un danger imminent menace la forêt. Donc tous les Trolls vont converger ici. Il faudra être discret. Il commence à faire nuit, je propose qu’on installe notre camp ici.

 

CHAPITRE 7: Un démon subsiste

 

Sur une pente d’une des montagnes de Khaz Modan, un orc grimpait péniblement entre les rochers. Il essayait de se dépêcher, mais il n’était pas facile de slalomer entre les rochers avec une lourde armure et sa hache. Ces dernières sont très différentes par rapport aux armures de leur race partit à Kalimdor ou ceux qui sont restés éparpillé dans ce continent. C’était une belle armure de couleur grise foncée, bien travaillée avec beaucoup de détails de l’ordre esthétique, et un insigne sur les épaules, une épée avec une lame noire, et un pommeau qui avait une pierre blanche. Tout à coup l’orc s’arrêta, pris sa hache et se retourna. Il observa autour de lui, il se sentit suivi. Il poussa un cri rauque et demanda à l’inconnu de se montrer. Mais tout ce qu’il entendit était son écho dans la montagne, et personne ne répondit. Après un moment d’attente, il reprit sa course vers le sommet de la montagne.

 

Après une vingtaine de minutes de course, il arriva enfin près de son maître. Il s’inclina et s’annonça devant lui. Ce dernier ne dit rien, il était en haut d’une falaise et observa impassiblement l’horizon. Il semblait qu’il était en plein transe. L’orc profita pour le regarder un peu plus attentivement. Sa cape rouge ornée de runes en or flottait dans le vent et laissait à découvert ses ailes et une partie de son armure. Il pouvait aussi apercevoir ces cornes qui dépassaient la tête, dont une était beaucoup plus courte que l’autre, comme s’il avait été coupé lors d’une terrible bataille.

 

Soudain une voix retentit dans la tête de l’orc. Une voix distante, qui ressemblait beaucoup plus au bruit du vent du désert, suffoquant et inquiétant. Elle demanda si tout était en bonne marche ou s’il y avait des problèmes. L’orc ne répondit pas tout de suite, car il savait que c’était son maître qui communiquait télépathiquement et il savait aussi que le Seigneur de l’Effroi savait déjà la réponse. Puis il répondit :

 

- Tout se déroule comme vous avez prévu. La construction de votre forteresse secrète avance rapidement, nous avons put recruter les agents survivants de la défaite de la Légion Ardente et nos équipes commandos sont sur le chemin du retour. Cependant le Fléau avance rapidement, et il devient de plus en plus difficile de les éviter…

 

A ce moment le Seigneur de l’Effroi se retourna en direction de son serviteur. On pouvait apercevoir dans le regard du démon des flammes ardentes qui ressortaient. L’orc en apercevant son regard baissa ses yeux, et remarqua que dans l’armure rouge du démon, une ombre se déplaça comme voulant sortir de sa prison. Un frisson parcourra dans tout son corps, et baissa encore plus ses yeux vers le sol. Puis enfin le seigneur parla avec une voix très basse et très grave :

 

- Peu importe si le Fléau avance, ils ne me font pas peur à moi, Mal’Kuta, qui accomplit la Quête Démoniaque de L’Epée Vampirique… Mon maître a fait un très mauvais choix de créer ces morts-vivants. Il est très facile de perdre contrôle des entités magiques. C’est pour cela que ma petite armée est composée de races corrompues qui ont soif de sang et de haines. D’ailleurs les morts-vivants nous ont déjà repérés, car les ombres pullulent dans le pays des nains.

 

Il se retourna, et scruta de nouveau l’horizon avec ses yeux perçants, et sortit son épée à lame noire, ornée de tête démoniaque, et au bout du pommeau, il y avait une pierre précieuse blanche. Il regarda son épée, et la caressa, puis il dit enfin :

 

- Mon épée à soif de sang, je le sens… il range son épée. La guerre est proche dans le pays de Khaz Modan, les faibles humains qui ont survécut à l’invasion du Fléau viennent se réfugier dans le pays des nains et le fortifient. Cela arrange mon projet, il sera plus facile d’opérer dans le chaos de la guerre sans qu’ils nous aperçoivent. Nous allons les laisser s’entre tuer, pendant que je prendrai le contrôle de chaque âme.

 

Puis il prit de sa ceinture une gourde, il ouvrit et commença à le boire, il se retourna vers l’orc et lui proposa un peu de sang elfes. Ce dernier dégoûté, déclina l’offre. Le Mal’Kuta se mit à rire, et il dit à son serviteur qu’il avait encore beaucoup à apprendre de la voie qu’il a choisit. Il déclara que ce sang était un très grand cru, qu’il venait du Grand Roi Elfe de Quel’Thalas. Il l’a vidé de son sang en le regardant souffrir. Puis il demanda à l’orc de s’approcher. Il obéit, et les deux se télétransportèrent. Cachée derrière un rocher, une Ombre écouta toute la discussion du démon…

 

CHAPITRE 8: La Fôret maudite

 

Après un long voyage sur la grande mer, la flotte qui emmenait Méridian fit une courte escale à Kul’Tiras, auprès du père de Jaina. Mais les Elfes de la Nuits restèrent sur le bateau pour ne pas attirer l’attention des humains. Seul Frodo eut la curiosité de s’envoler avec deux de son clan pour visiter la ville en la survolant. Il put apercevoir comment la civilisation c’est développé loin de la culture de ses aïeux. Ses yeux étaient émerveillés par les grands bâtiments et les grandes forteresses. La ville fourmillait d’humains qui étaient en train de faire du commerce sur la place principale. Sur une colline qui surplombait la ville, se trouvait le majestueux château royal. Il vit même dans la demeure du roi une très grande bibliothèque. Là, il se transforma en druide pour admirer quelques livres pendant que les deux corbeaux surveillaient les entrées. Il feuilleta quelques livres, mais malheureusement il ne comprit rien du langage des humains. Même les livres elfiques sont incompréhensible. Il reconnut deux trois mots, mais c’était tout. Un des corbeau lui dit qu'il y avait des gens qui arrivèrent, alors Frodo se transforma en corbeau et s’en alla. Sa petite exploration lui donna envie d’en apprendre plus de cette culture humaine, de leur histoire et aussi d’apprendre leur langue.

 

A la nuit tombée, Jaina dit à Méridian qu’il partirait à l’aube vers de Khaz Modan et que deux chevaliers avec ses écuyers respectifs vont les accompagner dans leur périple. Cela n’enchanta pas Méridian qui voulait aller le plus discrètement possible. Ill sera difficile de passer inaperçut avec 21 elfes, pire encore avec quatre hommes. Jaina lui expliqua que c’était là l’astuce. Les humains et les nains vont trouver louche qu’une caravane voyageant la nuit avec des animaux et des elfes qui pourront être invisible. Cependant avec les deux chevaliers, ils allaient passer plus inaperçu, et comme Méridian ne connaissait pas la langue des humains, ils pourront être de bons interprètes. Cette nouvelle ravi Frodon, qui profita pour lui demander si elle pouvait lui procurer quelques livres de Kul’Tiras pour connaître son histoire. Jaina fut agréablement surpris et décida d’accepter la requête. Méliane le regarda avec étonnement, car il est rare que des Elfes de la Nuit s’intéressèrent aux autres races puisqu’ils les considéraient comme inférieures.

 

A l’aube partit le bateau, et le voyage se passa sans encombre jusqu’à la côte de Khaz Modan. Comme à son habitude, Méridian resta seul pendant la plus grande partie du voyage. Il ne dormit pas très bien pendant le voyage. Il se réveilla souvent en sursaut, regarda autour de lui en transpirant. Frodo avait entendu quelque fois les réveils brutaux et décida d’entrer dans sa cabine.

 

- Méridian, qu’est ce qui se passe ? Pourquoi transpires-tu autant ?

- Je ne sais pas. Ces temps-ci je ne dors pas beaucoup. Je fais des rêves qui ne sont pas très agréables.

- Tu veux qu’on en parle ? Cela a peut-être une signification, peut-être que Cenarius essaie de rentrer en contact avec toi…

- Mon premier rêve oui, mais les autres sont des vrais cauchemars… Je n'ai pas envie d’en parler… Et comment va Méliane ? Toujours aussi amoureux ?

Frodon met sa main dans sa poche, et sors sa pipe et un peu d’herbe à fumer, et prépare sa pipe. Il y eut comme une minute de silence. Puis enfin il alluma sa pipe et décida de parler

- je ne sais pas, depuis qu’elle est devenue prêtresse elle s’est un peu éloignée. En plus elle n’arrête pas d’essayer de discuter avec notre « brave et noble » chevalier. Elle essaie d’apprendre à communiquer avec eux, et cet imbécile de chevalier préfère discuter avec elle qu’avec moi…

- Et attends là, ma parole, tu deviens jaloux… calme-toi, je ne savais pas qu’elle était aussi ouverte de caractère avec les étrangers. Sur ce point, elle te ressemble, mais n’émet pas de conclusion aussi rapidement, sinon tu pourrais le regretter.

- En tout cas il n’a pas intérêt à toucher à ma femme sinon il va faire un petit voyage en l’air.

 

Après cette petite discussion et avec l’herbe à fumer, Méridian était beaucoup plus décontracter qu’avant. Il décida d’aller se recoucher et conseilla à Frodon de faire de même.

 

Cinq jours passèrent et ils arrivèrent enfin peu après midi à Khaz Modan. Ainsi le groupe d’Elfe de la Nuit put apercevoir les majestueuses montagnes couvertes d’un manteau blanc qui transperçaient le ciel, et les couronnes de forêts qui les entouraient. L’automne était à un stade avancée, et les forêts commençaient à perdre leurs feuilles et la neige descendit de plus en plus vers la vallée. Alors ils commencèrent à débarquer tous les équipements et montures des elfes, ainsi que l’équipement des chevalier. Ce dernier, qui s’appelait John Underflood, demanda à Méridian quelle était le chemin à suivre. Le chevalier, ne comprenant rien demanda à Frodon ou à Méliane de traduire. Ces derniers avec beaucoup de difficultés réussirent à traduire. Alors Méridian dit que dans son rêve, Cenarius l’avait demandé d’aller à la forêt de Rockwood, qui se trouve tout au nord du pays. Après les piteuses traduction des deux elfes, John acquiesça et demanda quand ils partiraient, et surtout comment ils allèrent pousser la caravane, car il n’avait pas de chevaux avec. L’Elfe répondit qu’il n’y avait pas de problème, car lui et son clan allait se transformer en ours pour remorquer la caravane. Et ainsi il partit au crépuscule, bien que ça ne plaisait pas à John, mais l’idée d’être avec Méliane le réconforta quelque peu, car il trouva que c’était une forte belle femme avec des formes généreuses et une tenue particulièrement sexy quand elle ne portait pas sa nouvelle armure. Et son regard vers elle rendait fou de rage Frodon, qui se transforma en corbeau pendant tout le voyage.

 

Pendant tout le trajet, Méridian se sentait observé. Il faisait nuit, et des nuages cachaient parfois la lune qui décroissait dans le ciel. Quand la lune ressortait du nuage, il aperçut une forme au-dessus d’un rocher lointain. Cette forme ne ressemblait à rien, elle était beaucoup trop mince pour que cela soit un Humain ou un Elfe. Il a attira l’attention à Méliane qui se trouva juste à côté de lui. Mais quand celle-ci regarda dans la direction, il avait disparut. Le chemin fut dure et très encombrant. Le froid de l’hiver qui approchait ne facilitait l’avancée de la caravane. Pendant ce temps, John et son autre chevalier dormaient tranquillement dans un chariot, ces derniers n’étaient pas habitués de voyager la nuit. Après tout, les humains sont des races diurnes. Quelques heures plus tard, ils croisèrent un patrouille nain. Ces derniers fit arrêter la caravane pour un contrôle d’identité.

 

- Hola voyageur, arrêtez vous et veuillez décliner votre identité.

 

Les ours s’arrêtèrent, et les femmes elfes se cachèrent dans la nuit. Les nains furent surpris de voir autant de chariots sans cocher et sans passager. Il crurent à une embuscade et tous sortirent le fusil et la hache.

 

Puis enfin John se réveilla en sursaut, s’habilla et alla à la rencontre des nains :

 

- Excuser moi de maladresse, je me suis endormi, et je ne vous ai pas entendu. Je m’appelle John Underflood, chevalier de Kul’Tiras et je viens aider avec mon autre chevalier votre bon roi Magni Bronzbeard.

 

Le nain le regarda avec méfiance, pendant que les autres de la patrouille inspectait caravane par caravane. Cependant il reconnut l’insigne de Kul’Tiras sur les vêtements, et après John lui remit une lettre avec le sceau du seigneur de Kul’Tiras. Puis le nain déclara :

 

- Vos papiers sont en ordre, mais je ne comprends pas pourquoi vous avez un convoi pour 20 personnes, alors que vous n’êtes que deux plus avec vos deux valets..

- C’est qu’il y a beaucoup de chose que moi et mon ami voulons amener pour notre long séjour à Khaz Modan, de plus comme vous voyez j’apporte des animaux exotiques pour pouvoir les montrer à vos grands savant nains sur leurs origines. Il montra ainsi les tigres et les hippogriffes. 

- C’est bon vous pouvez passer. Où allez-vous ?

- Nous allons d’abord à la base humaine qui se trouve à la frontière avec Stormgard, et nous allons passer par Rockwood.

- Evitez ces forêts Monseigneur, répondit le nain avec crainte, ces forêts sont maudites, d’étranges ombres se promènent dans ces ténèbres. Même les Trolls ont abandonné ces forêts pour émigrer vers le nord, mais nous ne savons pas les raisons. Cela c’est passé quand d’étranges fumées vertes sont apparues à peu près partout dans la région. Evitez cette forêt, c’est un conseil.

 

Le chevalier le remercia et continua la route vers Rockwood. Il sentit que les nains n’avaient pas totalement confiance à ses paroles. Et les paroles sur la Forêt maudite ne le laissa pas indifférent, lui qui préfère une bonne ville fortifiée à l’abri des créatures sauvages. Méliane apparut à coté de lui, et lui dit qu’il ne fallait pas avoir peur de la nature, car elle protège la vie et non la mort. Frodo écoutant les paroles de Méliane, préféra s’envoler pour pouvoir évacuer sa jalousie de l’intérêt de Méliane pour John.

 

Après deux nuits de marche, les elfes et les deux chevaliers arrivèrent à la l’orée de la forêt. La caravane s’arrêta, et Méridian reprit sa forme d’Elfes. Enfin il arriva à destination après plusieurs jours de voyage. La forêt paraissait très calme, trop calme d’ailleurs. On aurait dit qu’il n’y avait plus forme de vie. Il toucha un arbre et commença à l’écouter sous le regard sceptique de John qui n’apprécia pas beaucoup cette forêt. Puis Méridian déclara :

 

- Les arbres me disent qu’ils ont peur, que d’étranges créatures des ténèbres se promènent impunément dans la forêt. Ils ont peur de ne pas survivre à la guerre qui va bientôt commencer dans ces terres. Mais n’ayez craintes cher arbre, nous sommes arrivés et nous allons mettre un peu d’ordre dans cette forêt.

 

Puis il se retourna vers les chevaliers, et grâce à Méliane, interprète attitrée, les remercia de la gentillesse et de l’aide qui les apportèrent à la nouvelle colonie des Elfes de la Nuit. Il ajouta qu’ils pourront sans problèmes rentrer dans la forêt pour rechercher conseil ou protection. Cependant il demanda que leurs présences ne soient pas révélé aux mortels. Les deux humains jurèrent de garder le secret et prirent congé. John baisa la main de Méliane et lui donna un petit poignard typique de Kul’Tiras comme souvenir. Cette dernière accepta avec joie, puis ils partirent à l’aube en direction d’un camp fortifier Humain.

 

CHAPITRE 9: La tentation

 

Miriel courrait à travers la jungle avec son arc dans les mains. Elle se sentait poursuivit par une créature qui ne se montrait pas. Sans faire attention, elle trébucha sur un racine et tomba en bas d’un ravin. Lors de la chute, elle se disait déjà que c’était sa fin, mais tout à coup, apparut une corde qui vint de nul part. Elle le prit, et grâce à cet objet providentiel elle avait put freiner sa chute. Ayant mis pieds à terre, elle ramassa son arc qui était étonnamment intact et regarda autour d’elle. Elle ne vit aucun arbre, aucun précipice d’où elle était tombée… Rien, elle était debout sur un gros rocher et au milieu de nulle part. Le ciel n’était plus bleu, mais d’un gris foncé, bien qu’il n’y avait aucun nuage. Pourtant elle pouvait apercevoir la Lune et le Soleil qui étaient tous les deux dans le ciel. Elle décida de s’avancer un peu, surprise de ne voir aucun arbre, aucune vie. Alors qu’elle s’avança, elle vit tout à coup une porte. Elle était là, debout et aucun mur ne la soutenait. Elle fit le tour de la porte, et se demanda à quoi servait cette porte. Par curiosité elle ouvrit la porte, et vit à travers une autre forêt. Etonnée elle ferma la porte, allait de l’autre coté de la porte en la contournant, et il y avait toujours le même paysage, désertique et gris. Alors elle décida de l’ouvrir de nouveau. En ouvrant la porte elle découvrit à nouveau la forêt. Et elle franchit la porte.

 

Elle reconnut tout de suite la forêt de Silvermoon avant qu’elle soit envahit par le Fléau. Il y avait un village d’Elfe à proximité, et Miriel décida d’interroger les villageois. Lorsqu’elle s’approcha des premiers Elfes, ces derniers la dévisagea et s’enfuirent en criant à l’aide. Puis apparut le Fléau et les morts-vivants les tuèrent tous. Elle essaya de tirer des flèches, mais aucune ne touchèrent les morts vivants. Puis tout à coup elle s’élèva en haut du ciel, et vit toute la pourriture envahir son pays. Des ses yeux coulèrent de grosses larmes de tristesses, puis enfin elle vit que la vision de son pays se rétrécit jusqu'à devenir un miroir où elle pouvait percevoir encore la scène. Puis enfin une voix intervint :

 

- Triste est le sort de ton pays tant chéris, et je sens que ton cœur réclame vengeance pour toute ta souffrance et celle de son peuple

- Qui êtes vous, et où suis-je ? dit-elle en se retournant brusquement sur elle-même.

- Tant de question inutile, tu n’est pas très sage pour une Haut-Elfe.

 

En répondant, elle vit un elfe qui se tenait devant elle. Un bel Elfe avec des cheveux d’argent, cependant avec un regard aussi noir que les ténèbres. Et bien que la haine de Miriel grandit en elle, elle se sentait profondément gêné par cet présence. Puis l’Elfe ténébreux continua à parler en tendant son bras, puis apparut un cœur rouge qui commence à avoir des tâches verdâtres, et entourée d’épines. Le cœur saignait lentement :

 

- je te présente ton cœur, et comme tu vois, il n’est pas en bonne états. Toutes ces blessures ont été causées par une seule personne, le traître d’Arthas. Regarde dans le miroir, il est là, prêt à tuer toute vie dans son passage, y compris Anya et Thranduil. Mais toi tu peux changer cela, en te rejoignant à moi, toi et tes fidèles…

 

Miriel ne dit rien, mais regardait le miroir attentivement. Son désir de le rejoindre pour se venger grandit dans son cœur. Son regard devient presque fièvreux. Mais quelque chose lui dit de ne pas succomber à la tentation, qu’il y a plusieurs chemin pour accomplir sa destinée, et ce choix n’était pas l’unique. L’Elfe mystérieux sentit qu’elle n’allait pas céder, car il savait que séduire une Elfe est beaucoup plus dure que de séduire un humain ou un orc.

 

- Tu résistes, mais je peux sentir que tôt ou tard tu succombera à moi, et cela je peux le sentir, car le temps est mon allié, et non le tient. Viens avec moi !! puis il tendit son bras vers elle

Puis à la surprise général, alors qu’elle allait lui donner sa main, une femme apparut à côté des deux elfes. Une femme d’une beauté exceptionnel, qui portait une longue robe d’émeraude. Elle semblait à moitié physique, moitié spectral. Même pour se déplacer, elle gardait ses yeux fermées. Le séducteur sentit son immense pouvoir, se dit que l’heure n’était pas venue encore de l’affronter, puis il disparut au milieu de flammes. Ainsi Miriel, paralysée par sa beauté qui surpassait celle des elfes, resta seule avec cet étrange entité.

 

- L’heure de la décision n’est pas encore arrivée pour toi, Quel’dorei, tu dois d’abord évaluer les autres forces en présence. Mais malheureusement ce n’est qu’un sursit, c’est toi qui doit trouver les forces nécessaires pour résister

 

Elle leva le bras, et le paysage changea, elle se trouva maintenant sur une petite colline qui surplombait une très grande forêt. Il faisait nuit, et la lune était ronde, lumineuse et très belle. Elle vit en bas de la colline un grand ours, et un corbeau qui s’était posée sur son dos. Puis soudain l’ours la regarda, et elle s’aperçut que son regard avait quelque chose d’étrange, non animal. Puis elle entendit une voix qui que maintenant c’était le moment, puis elle disparut. Elle eut un flache en regardant à nouveau l’ours, elle vit une tête d’Elfe, mais avec un peau obscure, puis l’animal disparut, et tout à coup deux Trolles apparurent à coté d’elle en criant : «  Qui à voir le grand Chaman !! Grand Chaman disparaître ! Trahison !!!!!

 

Miriel se réveilla en sursaut, et regarda autour d’elle. Elle était dans une prison trolle avec Anya, Bonzin et Gontron. Elle se regarda et elle vit qu’elle très légèrement vêtue comme ces compagnons. Sa peau et ses cheveux sont devenus plus pâle. Elle appris que cela faisait 5 jours qu’elle dormait. Ils l’ont crue morte, mais sont cœur battait encore, par contre elle était très agitée dans son sommeil. Elle et son groupe était capturés pas les Trolls dans leur sommeil, et seul Léodin et Thranduil n’était pas pris. Les Trolls avaient déjà des projets pour eux. Ils seront le repas de la victoire sur le Fléau qui les avait subitement attaquer. Miriel regarda à travers les barreaux, et s’aperçut que les Trolls étaient agités. Le grand Chaman avait disparut. Cependant elle voyait aussi que les Trolls étaient près pour livrer bataille. Il y avait des milliers de guerriers qui avaient peint leur peau de dessin. Un rituel pour les Trolls avant la guerre. Les autres chamans invoquaient les esprits pour protéger toutes les tribus de la magie noire du Fléau, et insuffler le courage et la soif d’en découdre avec tout le monde. Puis le grand Chef apparut, rassembla tous ces combattants, et fit un discours en langage trolle, qu’aucun elfe ne compris. Puis il partit avec ces guerriers pour livrer bataille.

 

Derrière les arbres, à bonne distance du village troll, Léondin et Thranduil réfléchissait à la manière de les délivrer de leur prison. La tâche s’annonça hardu car le village était très bien surveillé. Alors Léodin demanda à Thranduil :

 

- Alors, comment va-t-on les délivrer ? les trolls pullulent dans cette jungle ! Toi qui es mage, tu peux pas les libérer par magie non ?

- Malheureusement je ne suis malheureusement pas assez puissant pour faire ça. Mon aigle me dit que les gros des troupes trolles sont parties vers le champ bataille, et aussi qu’un détachement de mort vivant a réussis à contourner les lignes trolles, et vont attaquer le village. Vu le peu de soldat qu’il y a, cela va être un carnage…

- On peu profiter de cette attaque pour essayer de délivrer nos amis, répondit Léodin. Mais il faudra faire vite, et il faudra aussi récupérer nos armes avant de partir. D’après ma carte, on est près de la cité enfouis, donc on pourra tout de suite rentrer dans les galeries souterraines, et retrouver ce qu’on veut.

- D’accord, dit Thranduil, on va attendre que mon aigle patrouille le village pour voir où sont les armes. Toi, tu t’occupes de les libérer, et moi je vais chercher les armes. Mais il faudra attendre l’attaque du Fléau…

 

Miriel tournait en rond dans sa cellule en expliquant son rêve aux autres. Elle cherchait une explication à certaines de ces questions. Mais les autre écoutaient attentivement, mais certains étaient distraits par la beauté du corps dénudé de Miriel. Cette dernière s’en apperçut rapidement, et elle les fusilla du regard. Puis les autre regardèrent ailleurs. Miriel s’approcha de la fenêtre pour observer le village. Elle remarqua que la ville était tranquille, cependant d’étrange chose se passa. Quelques Trolls guerriers ne sont pas allés à la bataille, et manigançait quelque chose. Ils étaient en armures de combat, et elle s’aperçut qu’il y avait aussi un petit groupe d’orc dans le village. L’armure de ces orcs étaient marqué par une épée noire. Elle n’avait jamais vu cet insigne, et elle se demanda si ce n’était pas un nouveau clan. A coté d’eux, il y avait un troll attaché et solidement bayonné. Elle pensait que c’était le fameux grand chaman. Elle essayait d’écouter ce qu’ils disaient, mais ils parlaient trop bas. Puis le groupe se sépara en deux. Cinq orcs sont partis du village discrètement avec le troll, alors que les autres se préparaient pour partir vers une autre direction. Puis ils entrèrent dans une tante.

 

Environ trois heures après le départ de la plus grande armée trolle, une cloche sonna. C’était l’alerte, et les derniers soldats qui étaient encore dans le village se rassemblèrent. Un détachement du fléau réussit à contourner la bataille et attaqua le village. Une terrible bataille commença dans le village. Miriel était très préoccupée, car elle ne voyait pas comment elle et ces amis pouvaient s’enfuir avec tant d’ennemis. Quand soudain un golem d’argil apparut devant la porte de la prison. Ce dernier assoma les deux gardes, et enfonça la porte de la prison. Juste derrière lui se tenait Léodin. Il dit au prisonnier de se dépêcher de sortir. Puis Léodin les dirigea vers une tante ou ce tenait Thranduil, car l’elfe avait retrouver tous les affaires des prisonniers. Puis enfin Thranduil dit que son aigle avait découvert un passage qui pouvait les amener à la cité enfouie des trolles.

 

La bataille faisait rage, et des rumeurs circulaient que la bataille principale tournait en faveur des Trolls, et que ces derniers avaient envoyer des renforts pour protéger le village. Miriel, maintenant équipée, observait le village pour apercevoir les orcs et les trolls qui collaboraient avec eux. Mais ils n’étaient plus dans le village. Soudain des goules les attaquèrent, puis Miriel et son groupe se défendirent. Puis Thranduil déclara que l’heure était de partir, sinon ils allaient être submerger par les vainqueurs de la guerre. Avant de partir, Miriel, accompagné par Bonzin entrèrent dans la tente où étaient les orcs. Ils ne trouvèrent aucune information puis enfin ils décidèrent de partir vers l’entrée des galeries.

 

CHAPITRE 10: le Livre du Pouvoir

 

A Suivre.....

 

 

Chapitre 1 à 5<<                                                                                           >>A Suivre

Index<<